Afrique de l’est : Les Afars de l’Ethiopie, un peuple privé de son fleuve!

les afars dans awash valleyTop chrono, la fin d’un monde et d’un peuple a sonné le long des bordures du fleuve Awash. Bientôt, c’est le rendez-vous d’un peuple au musée d’Addis-Abeba pour rejoindre Lucy. Ces afars qu’on appelait jadis si fièrement Adals au moyen âge ou encore plus récemment Danakils immortalisés dans la littérature coloniale; et de manière plus caricaturales dans les Ethiopiques de Hugo Pratt où Kush le Dankali exhibe sa virilité farouche du guerrier nomade.

La forte impression que leur disparition progressive sur terre a été préméditée est très manifeste par ces « fourmis et vers » descendus des hauts plateaux, adorateurs de la croix et du Birr, lorsque ces pauvres afars ont eu le malheur de vendre leurs terres ou de les louer pour que ces impérialistes les transforment en industries sucrière qui ont pompé, voire vider le fleuve millénaire de l’Awash. Doté d’un état fédéral fantomatique qui ne leur sert absolument à rien du tout à cause des pantins qui leurs sont imposés au moyen des élections truquées, ils se retrouvent avec un projet de privation et de privatisation des terres des pasteurs nomades ayant débuté dès le début des années 70 dans le cadre de l’Awash Valley Autority (AVA) avec l’empereur Hailé Sélassié dont la complicité anglaise est à notifier.

Lors de son intronisation en novembre 2011, le sultan Hanfare Ali Mirah était interloqué et interrogé en ce sens:  » Peut-on vendre sa mère? ». Ils ont les couteaux sous la gorge tous ces peuples musulmans de la Corne de l’Afrique (Oromos, Somalis, Afars, etc.). Ils doivent se soustraire et se plier aux impératifs de la mondialisation et ses affres qui préfigurent déjà la fin du pastoralisme nomade et de ces peuples aux modes de vie ancestraux (cultures, mœurs, croyances) qui vont s’effacer avec.

Oui, les friches industrielles des cannes à sucre ont pompé le fleuve Awash depuis Afambo et en deçà. Les nomades voient déjà la moitié de leur cheptel disparaître, d’autres affectés par la soif au point que ceci va engendrer des conflits de pâturage. Une existence en sursis pour ces milliers des pasteurs et agriculteurs.

Le fleuve a tari et a sensiblement baissé à un niveau jamais observé auparavant un peu partout. Les cheptels, les animaux du fleuve (crocodiles, hippopotames, poissons, etc.) sont tous des espèces d’emblée menacés. A cause des sucres qui seront exportés de par le monde dont aucun ne sentira l’odeur et ces usines où ils (elles) servent de gardiens et d’agents d’entretien, ils vont devoir payer le prix fort quitte à tous trépasser un jour. L’exemple de la résistance nous a été illustré par les Oromos qui ont d’ores et déjà remporté la dernière bataille contre le régime abyssin concernant l’agrandissement de la ville d’Addis-Abeba. Les Afars, en poids démographique insuffisant, vont-ils faire autant pour autant ? Ces Amharas et ces Tigres veulent coloniser les terres musulmanes des afars, Oromos et Somalis. Leur poussée démographique est un alibi certain pour occuper ces terres basses d’autant plus que la nouvelle donne de la mondialisation et l’ultralibéralisme d’un modèle économique basé sur l’exportation vont renforcer l’argument en question.

La solidarité musulmane des peuples de la Corne de l’Afrique s’impose plus que jamais dorénavant. Par tous les moyens, on doit s’opposer à ces différentes formes de la politique annexionniste des colons abyssins. Aujourd’hui, ce sont les afars de la rive du fleuve Awash qui subissent l’élimination systématique programmée depuis des lustres. Sous la houle d’une modernisation et ses défis de développement dont les vertus sont louées, on assiste à la lente agonie-désormais brusque- d’un peuple. Les autres vont certainement suivre. La revanche de l’histoire depuis les conquêtes musulmanes d’Ahmed Goura le conquérant.

Soutenez ce peuple par tous les moyens! Cessez de vous désolidariser d’un malheur que nous aurons tous à endurer tôt ou tard!

« Mort aux plantations sucrières !  »

Témoignage de Hamza Mahamoud sur la photo. La vidéo étant trop lourde. Nous allons la publier via YouTube.

 

Charlie Laqde

 


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :