Somalie: une poignée de chrétiens somaliens vivent leur foi dans le plus grand secret.

chretien de SomalieCette année, la Somalie a pris la seconde place de l’Index Mondial de Persécution, juste derrière la Corée du Nord. Cela signifie que la Somalie est le deuxième pays au monde où vivre sa foi coûte le plus, et la poignée de chrétiens que compte le pays est bien consciente de la proximité du danger qu’elle court même si la paix est revenue dans le pays.

Les chrétiens, des hors la loi

Aujourd’hui, les Shebab se sont fondus dans la population et l’on ne peut faire confiance à personne. Les chrétiens somaliens n’ont pas seulement entendu parler de ce qui pourrait leur arriver s’ils étaient découverts, mais ils ont vu de leurs yeux leurs frères et soeurs mourir et ils savent que la même chose peut leur arriver à tout instant. Car la Somalie est un Etat islamique régi par une stricte charia et les chrétiens, en ne respectant pas les principes de l’islam, sont des hors la loi.

Malgré tout, il faut continuer à vivre, jour après jour, dans ce pays qui se reconstruit après des années de guerre. Comme leurs compatriotes, ils se lèvent le matin, cherchent du travail, essaient de relancer leur commerce ou leur entreprise, cherchent une école pour leurs enfants. Ils rencontrent les mêmes difficultés que le reste de la population mais ils doivent en plus gérer leur peur.

 » Mourir avec Dieu vaut mieux que vivre sans lui « 

Car si, pour la majorité des gens, le retour à la paix est synonyme de tranquillité, pour les chrétiens, c’est le contraire. Ils se sentent scrutés et leurs activités sont plus facilement perceptibles maintenant que les armes se sont tues et que les gens ne sont plus juste préoccupés par leur survie. Les chrétiens, qui se sentent plus exposés qu’avant sont vulnérables car souvent ils n’ont pas eu beaucoup accès à un enseignement biblique et ne possèdent pas de bible pour y puiser leur force. Ils sont, de plus, privés de communion fraternelle car ils vivent leur foi dans le secret.

Mais Dieu veille sur ses enfants et s’il y a encore une présence chrétienne dans le pays, c’est parce qu’Il le permet. C’est la force qu’Il leur donne qui leur permet de dire  » nous sommes conscients des risques mais nous savons qu’il vaut mieux mourir avec Dieu que vivre sans lui.

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :