Somalie : la nomination du nouveau gouvernement est devenue une équation à 5 inconnus.

les vieux déments de la somalieLe nouveau premier ministre somalien, monsieur Abdiweli, peine à former son gouvernement pour plusieurs raisons.

Déjà ce nouveau premier ministre qui est un novice du monde politique est tombé, depuis sa nomination, sur une feuille d’examen dont il est question d’une équation à 5 inconnus. Pour résoudre une telle difficulté, il a fait à la hâte des cours de rattrapages sur la complexité clanico-régionale de la politique somalienne qui commence à désintéresser la population de ce pays meurtrier par plus de 20 ans de guerre civile.

1-      Inconnu : le président de la république qui doit voir ses intérêts dans le nouveau gouvernement ;

2-      Inconnu : Damul-jadiid, une secte, qui compte manipuler dans l’ombre la politique somalienne ;

3-      Inconnu : la représentativité clanique dans le gouvernement ;

4-      Inconnu : la représentativité régionale ;

5-      Inconnu : les compétences est une nécessité pour que les choses fonctionnent et l’attente internationale soit satisfaite.

Beaucoup d’analystes locales craignent que plus le blocage perdure plus les vieux déments reviennent au galop.

Le dimanche 12 janvier 2014 des parlementaires appuyés par le vice-président du parlement fédéral, Mahad Abdallah Awad, ont débattu une motion titrée « non à des ministres de l’ancien gouvernement  à nouveau nommés». Cette séance très houleuse avait regroupé une cinquantaine des députés. Il est prévu que demain, le mardi 14 janvier 2014, le parlement fait voter les députés sur cette motion qui ne verra que compliquer la situation déjà difficile.

Abdiweli saura-t-il résoudre cette équation ou la Somalie va-t-elle replonger dans la faillite étatique ?

Hassan Cher

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :